Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 03:54

Mardi 21 Octobre – On se laisse vivre au gré des flots

Cette fois, pas de sonnerie de portable pour sortir du sommeil, mais seulement la caresse du soleil sur le visage. Ou devrais-je dire, la chaleur déjà écrasante a 7h qui nous oblige a émerger de nos matelas. D’ailleurs il fait bien trop chaud pour quoi que ce soit, et quand Zanty nous invite a la suivre pour aller faire un plongeon et rêvasser sur la plage de sable blanc d’en face, je n’hesite pas une seconde !

La vue des multiples oursins qui parsèment le fond marin me donne quelques frayeurs, mais heureusement qu’il n’y en a plus en bord de plage, sinon, pas question de poser ne serait-ce qu’un orteil par terre ! Quand je parle d’oursins, n’ayez pas en tête les mignons petits qu’on trouve par chez nous, non, non. Ceux-ci ont des piques de plus de 15cm bien effilées… Ça doit être plutôt douloureux une fois enfonce sous la plante des pieds..

On arrive sur le sable, l’eau est bien tiède non pardon, chaude, le soleil brille. Et la, histoire de me rappeler des souvenirs de pèche aux cebettes, nous voila tous a genoux, les mains dans le sable, a la recherche de coquillages fort semblable a ces mêmes cebettes ! Mais on ne fait pas trop le poids face a la dextérité de notre cuisinière en chef qui en ramasse par poignées. Histoire de ne pas trop cramer, et aussi parce qu’on ne saurait plus quoi faire de tant de coquillages, nous retournons sur le bateau. Mais pas pour longtemps, nouvelle séance de snorkelling au programme, toujours autant de poissons, de couleurs, de coraux…

Ensuite, un bon déjeuner ou nous retrouvons les coquillages cueillis (pêches ? ramasses ?) le matin même. Toujours aussi bon, Zanty est un véritable cordon-bleu ! En route, on repasse près des raies mantas, toujours aussi fabuleuses a regarder évoluer sous l’eau. Tous les regards se tournent ensuite vers le ciel, le temps semblant se gâter. Une petite houle se soulève, mais le ciel est toujours bien clair. Daniel nous trouve un petit coin a l’abri pour plonger et ensuite on repart se caler a l’abri d’une baie pour passer la nuit.

Mais l’ancre ne tient pas. Nous voila donc partis en pleine nuit noire, en direction du sud pour éviter ces vagues qui loin d’etre fortes n’en sont pas sans effet sur le bateau qui semble plutôt sensible. On sent que l’equipage est tendu, pour info, on n’a pas de phares a l’avant du bateau… C’est donc grâce a la connaissance parfaite des environs de ces navigateurs qu’on arrive sans soucis a destination. Tout le monde est bien content, alors pour fêter ça, rien de mieux qu’une Bintang ! (bière locale pour les incultes malheureux qui n’ont jamais goûte a ce breuvage)

Mercredi 22 Octobre – Une journée qui a semble en contenir plusieurs

Pour ceux qui ne le sauraient pas, c’est un 22 Octobre que j’ai vu le jour il y a maintenant plusieurs années, 23 pour être précise. Et je ne sais pas qui, mais quelqu’un a vendu la mèche sur ce bateau… j’ai eu donc la très bonne surprise être accueillie au réveil par l’ensemble des occupants du bateau, en musique, dans la joie et la bonne humeur ! Zanty s’était levée a 4h du matin pour me préparer un festin : une pyramide de nasi kuning (du riz au safran) parsemée de piments en guise de bougies, une pastèque savamment sculptée, miam !

Ensuite, le temps étant revenu au beau fixe, on en profite pour une plongée, et cette fois Marianne est aussi de la partie.

L’après-midi, j’ai droit a une plongée spéciale en solo avec Daniel pour mon anniversaire : wouah ! Elle fera partie de mon top 5 de plongée ! Des raies (pas manta) bien grosses, des thons, des requins, des tortues… que des « big stuff » comme je les aime et pas des petits machins microscopiques comme les affectionnent la plupart des divemasters en Indonésie.

La veille on était passes en face d’une île ou on avait aperçu un village de pécheurs, on retourne dans ce coin la avec cette fois l’intention d’aller y faire un tour. On approche de l'île avec l’annexe, un grand nombre de bateau de pêche sont au mouillage en face du village mais il ne semble pas y avoir grand monde dans les rues. On descend du bateau et nous avançons vers les maisons. Personne dans les rues ? A peine l’annonce de l’arrivée de touristes blancs a commence a se répandre que nous voila entoures de nuées d’enfants ! Ils veulent tous se faire prendre en photo et ensuite regarder le résultat sur l’écran. Ils sont tellement enthousiastes et photogéniques qu’on ne s’en prive pas.

C’est un moment totalement hors du temps. On a du mal à quitter ce village après l’avoir traverse. Les enfants aussi ont du mal à nous laisser partir. On finit par leur promettre de leur faire parvenir des tirages des cliches pris pendant la journée, ce qu’on a d’ailleurs fait en revenant a Balikpapan.

Revenus sur le bateau, on se dit qu’on en a vraiment vu beaucoup aujourd’hui, une journée bien remplie. Mais ça n’est pas termine. Daniel emmène le bateau le long d’une autre île pour le coucher de soleil. Cette île est couverte de mangrove et de foret où vivent des chauves-souris. Et lors du crépuscule, ces volatiles partent à la recherche de nourriture sur une autre île et s’envolent en passant au-dessus de nos têtes. Et il en passe des chauves-souris. Et encore et encore. Même après le coucher du soleil on les entend toujours qui nous survolent. Combien seront passe ? Des centaines de milliers selon nos estimations.

Voila comment se termine cette journée féerique, des images toutes très différentes plein la tête…

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 10:40

Vendredi 17 Octobre – Bye-bye Papan, mais ce n’est qu’un au revoir

C’est après une semaine a trépigner d’impatience (et je pèse mes mots) que Marianne, Rose-Marie et moi avons pris l’avion en quittant le bureau pour rejoindre Bali. Deux vols pendant les quels je n’ai pas dormi et notre voisin non plus, sorry pour lui mais je crois qu’on avait besoin de se défouler… Et qui on retrouve à l’hôtel a Bali ? Mes parents !! Non, ce n’est pas le fruit du hasard mais une semaine prévue de vacances avec eux lors de leur séjour indonésien (un mois presque entier, quelle chance).

Mais il est l’heure de dormir, on n’est pas encore arrives a destination….


Samedi 18 Octobre – Nusa Tenggara Timur, nous voici !

Réveil matinal pour se rendre a l’aéroport de Denpasar. La, c’est un retour en arrière de 10 mois (que le temps passe vite) que je revis : on prend l’avion pour rejoindre Labuan-Bajo sur Flores, comme lors de mon voyage en Janvier dernier. Toujours la même compagnie, le même avion (un Folker 50 pour les connaisseurs) et les mêmes paysages enchanteurs qui défilent sous l’avion. Comme on ne vole pas bien haut on en profite à max.


On arrive à l’aéroport, qui n’a pas change, on récupère nos bagages et retrouvons le dive master qui nous accompagnera sur le bateau. Ah oui, j’ai oublie de préciser, ces vacances se dérouleront essentiellement en croisière sur un bateau !! Bref, on retrouve le dive master, et je trouve qu’il ressemble enormement a celui que j’avais eu lors de mon voyage en janvier… mais c’était 11 mois plus tôt et je me dis que ça serait vraiment improbable. Mais quand il nous dit son nom (Daniel), ça fait tilt ! Il ne s’appelait pas Daniel aussi ?? Après vérification sur mon log book, c’est bien lui !! Il reconnaît d’ailleurs son écriture mais absolument pas mon visage et se sent tout désole de m’avoir oubliée.


Avant de monter a bord de notre navire qui sera notre home sweet home pendant une semaine, des besoins logistiques nous forcent a faire quelques courses : essentiellement a base de bières et de gâteaux aperos ! Non, je plaisante, on a aussi acheté du pain et récupère les fruits et légumes pour la semaine, ainsi que les pass pour pouvoir naviguer dans le parc de Komodo. Et j’oubliais, autre besoin logistique : makan !! Autrement dit, manger ! Il se fait faim et on décide de manger une dernière fois a terre avant de retrouver le bateau.

Mais ensuite, on se rend sur le Jingo-Jango et faisons connaissance avec l’équipage :
            Daniel, dive master
            Jonas, capitaine et frère de Daniel
            Zanty, cuisinière et sœur de Daniel
            Peter, meccano, pas de lien de parente cette fois

Mais aussi avec le bateau : 22m de long, 4m de large, magnifique en bleu et blanc… le bonheur ! On s’installe sur le pont, bien confortablement installes sur des matelas abrites du soleil brûlant par des toiles suspendues en travers du bateau.


A peine partis que l’heure de la sieste sonne pour moi, entrecoupée de réveils, le temps de jeter un œil sur les paysages paradisiaques qui nous entourent et de retomber dans le sommeil. On arrive a destination, de magnifiques petites îles nous entourent. Quoi de mieux à faire qu’un peu de snorkeling ?? A peine le temps d’y penser que nous voila déjà a l’eau. Et c’est pas mal du tout ! Eau chaude, corail bien beau et poissons présents.

Et le top du top, c’est que quand on sort de l’eau, le dîner nous attend tout prêt sur la table. A base de poissons tout frais et de fruits non moins frais (quelle délice cette mangue…), c’est le paradis ! Ensuite, chacun s’écroule dans son lit respectif, « à la fraîche » sur le pont parce qu’il fait bien trop chaud dans les cabines.



Dimanche 19 Octobre – on garde le sourire en toutes circonstances

Après une bonne nuit de sommeil, c’est par les premiers rayons du soleil qu’on se fait doucement réveiller. Très agréable comme réveil, ça change de la sonnerie de portable qui t’annonce le retour au bureau dans l’heure (ou plutôt le quart d’heure) qui suit. Et pour ajouter à cet éveil tout en douceur, un petit déjeuner royal nous attend sur la table ! Mais que rêver de plus ? Du soleil ? On en a ! Et si on se plaint de la chaleur, il suffit de piquer une tête dans la mer. Ce qui n’a pas tarde d’ailleurs.


Et histoire de se mettre tout de suite dans le bain, on enchaîne par une plongée. Qui part a la découverte des grands fonds ? Rose-Marie, Papa, Daniel et moi. Rose-Marie est en binôme avec Daniel et je me retrouve en charge de papa… qui n’a pas plonge depuis son baptême il y a 10 ans. Il retrouve très vite des sensations ! Je fais une découverte, c’est pas facile facile de gérer la flottaison de 2 personnes a la fois, mais ça se fait.

On remonte dans le bateau, et a peine le temps de se sécher que la table est déjà servie. Royal ce déjeuner encore une fois. Un petit roupillon pendant qu’on se dirige vers le prochain lieu de plongée. Arrives sur place, le temps n’est plus au beau fixe (n’allez pas imaginer la tempête non plus, d’ailleurs il ne pleut même pas), la lumière décline et les conditions ne sont pas idéales pour plonger. Qu’a cela ne tienne, cette cession plongée se transforme en snorkelling fort sympathique.


On finit la journée par un apero au soleil couchant, rythme par la musique sortant des enceintes, l’odeur alléchante du futur dîner prépare par Zanty nous chatouillant agréablement les narines… quel bonheur… Lorsque d’un coup, plus de musique, plus de lumière et une fumée noirâtre qui s’échappe de la cabine ! Le générateur vient de nous lâcher. Après des essais infructueux de Peter et Jonas pour réparer l’engin, il faut nous rendre à l’évidence, il est bel et bien mort. Donc plus de musique, il faut sauver les batteries jusqu'à ce qu’on ait accès à un nouveau générateur… Et la ou on est, c’est pas ça qui court les rues ! Mais une idée fuse, retrouver le bateau sur lequel bosse l’habituel divemaster du Jingo Jango qui se ballade lui aussi dans les environs.


Cette mésaventure ne nous empêche pas de finir la soirée à la lumière d’une veilleuse au-dessus de nos têtes, mais sans musique…

Lundi 20 Octobre – Bêtes en tout genre

Réveil toujours aussi agréable, même si cette fois l’utilisation du portable est nécessaire pour certains, dont je fais partie… Petit déjeuner matinal et nous nous rendons ensuite directement sur Rinca afin de partir à la découverte de cette île et de ses habitants, les fameux dragons de Komodo. On fait bien attention ou on met les pieds histoire de ne pas marcher sur un de ces spécimens. Mais il faut croire qu’on n’est pas très doues niveau observation… non, je vous rassure, personne n’a marche sur la queue d’un de ces lézards, mais personne n’a vu celui qui était a 20cm du bord du chemin nous menant chez les rangers ! Sauf Daniel qui nous accompagnait (sans quoi, on n’aurait jamais su qu’on était passes si près).


On rejoint le camp des rangers et partons pour une ballade de pas loin de 3 heures sur l’île en compagnie d’un guide. Il fait chaud. Très chaud. Et il n’a pas du pleuvoir depuis longtemps puisque les paysages sont complètement secs, presque brûles par le soleil. Mais néanmoins très beau ! Avec tous ces palmiers disposes  un peu n’importe ou sur les collines, on dirait presque que quelqu’un s’est bien amuse a les planter au pif… On croise des oiseaux, des singes, des biches…


Et finalement, nous atteignons un trou d’eau cache dans la foret. Et la, c’est plus d’une dizaine de dragons qui s’y trouvent ! Pourquoi ? Parce qu’un buffle est en train d’y agoniser après avoir été mordu par l’un de ces lézards… Il y en a de toutes les tailles et surtout, il y en a partout ! Maman manque de marcher sur l’un d’entre eux en voulant se rapprocher pour en prendre un autre en photo. Pendant ce temps la, le guide fait le beau en faisant mumuse avec les grosses bestioles…


On essaie de faire les malins nous aussi, mais ya pas a dire, on n’est quand même pas très rassures.


On retourne vers le camp en traversant cette fois la foret, et ensuite direction le bateau pour un super brunch (abréviation de breakfast/lunch pour ceux qui ne le sauraient pas…) et histoire de ne pas perdre le rythme des vacances (et aussi parce qu’on s’est levés supra tôt) on enchaîne sur une bonne sieste toujours sur le ponton pendant que des dauphins passent non loin de la. La vie est belle…


Puis il est l’heure de se réveiller, la tension monte, tout le monde est sur le qui-vive sur le ponton. Chacun scrute le sommet des vagues à la recherche d’un signe. Quel signe ? un signe de la présence de raies mantas pardi ! Quand tout a coup, c’est le signal, Daniel a aperçu leurs dos glissant sous la surface de l’eau. Ni une, ni deux, Marianne et moi nous jetons directement à l’eau ! Avec palmes, masque et tuba, nous nous retrouvons nez a nez avec plusieurs mantas. Qui passent et repassent sous nous, nous frôlent, plongent et remontent. Impressionnant.

Je remonte ensuite sur le bateau pour enfiler la bouteille de plongée et avec Papa, Rose-Marie et Daniel nous partons observer ces bêtes par en dessous. Tout aussi majestueux. Malheureusement, on les perd de vue et ne les retrouvons plus ensuite.


L’après-midi se poursuit sans se presser, farniente sur le ponton, papotage en tous genres, lecture… et nous en profitons aussi pour laisser parler nos talents artistiques. Ou plutôt le talent de photographe de Rose-marie face à nous, apprentis modèles. Le résultat est à la hauteur des espoirs mis en nous…

           


En fin après-midi, on croise la route du bateau sur lequel travaille le divemaster habituellement en poste sur le Jingo-Jango mais qui s’avère être en vacances (cherchez l’erreur). Ce la nous permet de récupérer un générateur de rechange et nous retrouvons le soir avec délice le plaisir d’écouter de la musique, de prendre une douche (sinon, il n’y a pas d’eau qui sort de la pompe), d’avoir de la lumière, ce qui nous permet de finir la soirée autour d’un Trivial Pusrsuit (je ne sais même plus qui a gagne… donc sûrement pas moi !)

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 10:59

Il est grand temps de revenir vous conter mes aventures équatoriales, et quoi de mieux pour cela de saisir l'opportunité de mon dernier weekend? (et parce que le récit de mes vacances avec les parents sera bien plus long eque cet article... comment ça je n'ai pas encore terminé la NZ? Ah oui. Promis, je m'en occupe plus tard) Histoire de changer de la routine et de découvrir des coins nouveaux, je me suis rendue a... Bunaken. Euh, j'ai dit nouveau? Au temps pour moi, ça ne fera que la 4eme fois que je m'y suis rendue! Mais quand on aime, on ne compte pas. Qui sont les valeureux aventuriers qui m'ont suivie lors de ces deux jours? Thomas et Karim, ce dernier ayant joue les prolongations en arrivant un jour avant et partant un jour après.

Départ après le boulot vendredi soir, avec une heure de retard (ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé) en direction de Manado. Histoire de changer de la routine, Karim s'est charge des réservations et on a du coup change de resort. Très bonne idée, vu qu'une équipe sympathique nous attendait a l'aéroport pour nous emmener direct au port prendre un bateau en direction de l'ile. Arrives sur place a 23h30 ou on a été accueillis par un très bon dîner, mais pas par Karim qui n'a pas tenu jusque la. Et ensuite, au lit! Plongée a 8h le lendemain, donc faut pas traîner...

On retrouve Karim au petit-dej, historie de se caler le ventre avant d'enchaîner 2 plongées. Encore et toujours les fonds de Bunaken sont enchanteurs. Ou que se posent les yeux on voit des merveilles. Ensuite, retour au resort pour déjeuner et siester.... ça fatigue de plonger! En plus il pleut, donc de toute façon il n'y a pas grand chose d'autre a faire. 1h30 plus tard, le gars du resort vient me réveiller (je ne fais pas semblant quand je dors), le soleil est revenu et c'est reparti pour une nouvelle plongée! Toujours formidable...


Ensuite, c'est tranquillou au resort, on mage, on papote et on se lamente sur l'absence de bières au frigo... Mais il ne fait pas trainer, une nouvelle journée nous attend demain.

Rebelote avec une plongée des 8h du matin, avec le soleil qui tape sur le corail, c'est a couper le souffle. Je rale un peu pendant la plongée vu qu'on se l'est tapée la moitie du temps a contre courant, mais ça en vaut la peine. Ensuite, bronzette sur le pont du bateau, le temps est toujours au beau fixe. Le temps d;une dernière plongée avant de retourner déjeuner, est-il utile de préciser que c'est toujours aussi beau? Pour ceux qui le demanderaient, on a pu voir : des requins white tip, des poissons clowns, des tortues enoooormes, des lion fish, des langoustes (ou homards, j'y connais rien), des poissons perroquets, des neons (qui comme l'a fait remarquer Thomas sont vraiment gros, vous voyez les minis poissons bleu fashy et rouges des aquariums? vous prenez les mêmes, mais de 20cm de long), des nudibranches (des limaces en fait... mais il parait que pour les plongeurs connaisseurs c'est des trucs de ouf... perso je préfère les gros trucs) et puis plein plein d'autres poissons par centaines, ou plutôt centaine de milliers (si si, je vous jure!)


L'après-midi, il fait tellement chaud qu'on ne peut rien faire d'autre que glander, même dormir est impossible vue la chaleur dans les bungalows. On laisse Karim qui doit finir sa formation PADI le lendemain et Thomas et moi retournons sur Manado avec un superbe coucher de soleil accompagnant notre bateau vers le continent. On a cru rester en rade avant d'atteindre le port mais finalement pas de soucis. Comme on n'a rien a faire sur Manado, on décide de faire un tour au mall (genre de galerie marchande, mais sans le centre commercial qui va avec), c'est toujours bien intéressant.

Déjà pour s'y rendre on prend un bemo tune (yen avait des vachement plus tunes, mais on a pris le premier...), avec la musique a fond. Et une fois sur place, ben... c'est un mall quoi. On en profite pour faire des achats pour une soirée costumée sur Balikpapan en novembre et décidons ensuite de trouver un coin pour manger, nos ventres crient famine. On se dirige vers une rangée de petites gargotes traditionnelles le long de la mer et nous arrêtons sur celui qui proclame sur sa liste de nourriture qu'il propose du cochon. Et on est en manque de porc a Papan..... Donc va pour le cochon! Et en demandant au gars ce qu'il a d'autre a proposer, on apprend qu'il a aussi du poisson, du canard et.............................. du chien et de la chauve souris!! On opte pour un assortiment de tout, sauf de chien (déjà fait...). Bilan : ça arrache! Mais c'est super bon, même la chauve-souris...

Retour ensuite a l'hôtel ou je passe une nuit pourrie tellement il fait chaud dans la chambre et le lendemain matin mon ordi au bureau n'attendait que moi. Ya pas a dire, 2 jours de total dépaysement pour 3millions de Rp, j'y retournerai sans aucun doute!

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 10:00

Mardi 26 Août - La croisière s'amuse

Finie la route, on n’accumule pas les kilomètres sur le bitume pour le plaisir, notre venus a Te Anau a un but : le fjord de Doubtful Sound. Pour en profiter au max, on a pris un package comprenant la traversée en bateau du lac de Manapouri, le transfert en bus sur la route la plus chère de NZ menant jusqu’au fjord et la ballade en bateau dans celui-ci.

On commence donc par traverser le lac de Manapouri, connu comme étant le plus beau lac de NZ. Faudra les croire sur paroles ces kiwis, parce que vu le brouillard présent en très basse altitude, ben on voit rien. Mais alors rien du tout. Et puis ça caille, alors pas question pour moi d’aller mettre le bout de mon nez sur le pont. On arrive ensuite de l’autre cote du lac ou se situe une centrale hydraulique et on change de moyen de transport pour monter dans un bus. Avec un chauffeur bavard comme c’est pas permis… Et puis il fait toujours moche. C’est con. Pour atteindre le fjord, la route commence d’abord par monter en sinuant, atteint un pic, puis redescend vers le fjord. Au moment ou on atteint le pic, magie. Les nuages disparaissent et on se retrouve avec un ciel tout bleu et une vue magnifique sur le Sound.


Une fois en bas, on retourne de nouveau sur un bateau, bien plus gros cette fois. Et c’est parti pour 2h de ballade sur l’eau, avec un soleil éclatant, des décors impressionnants, on ne sait plus ou regarder tellement c’est magnifique partout.




On a même la joie de voir des dauphins bottlenose passer sous le bateau et s’amuser dans les vagues que crée le bateau a l’arrière. Superbe.


Au retour, plus de brouillard et on comprend tout de suite beaucoup mieux pourquoi le lac Manapouri est considere comme le plus beau de NZ…


On prend ensuite la route pour avoir un apercu de ce qu’on a rate la veille a cause de la nuit tombee tres vite, et on assiste au coucher de soleil au loin qui rosit les montagnes en face.


Mercredi 27 Août – En remontant vers le Nord

Après une seconde nuit dans le YHA de Te Anau, il est temps de se refaire une journée transport pour cette fois remonter vers le nord (normal, on a déjà fait le tour de la pointe sud). Mais pas question de rester enferme dans la voiture toute la journée, il fait un temps superbe et ça serait dommage de ne pas en profiter.

On taille donc la route jusqu'à Queenstown, et la, prenons le chemin des écoliers en longeant le lac de Wakatipu jusque plein ouest. On en prend plein les yeux avec les paysages qui défilent.


Après avoir franchi des rivières, défie des vaches et des moutons qui ne voulaient pas nous laisser passer, défoncé les amortisseurs de la voiture avec des chemins impraticables, nous garons notre fidèle véhicule et entamons l’ascension de la goldmine track (je ne suis plus très sure du nom, mais ça parlait de mine d’or…) sous les conseils de jeunes français rencontres la veille. Pas déçus de la marche, au sommet on avait une vue dégagée sur les vallées nous entourant.


On retourne à Queenstown par la même route mais ne nous arrêtons pas dans cette ville, notre planning nous imposant en effet de continuer notre route vers le nord de l’île. La prochaine étape de notre périple est le lac Wanaka, mais pour l’atteindre, on a le choix entre 2 routes : l’une a travers la montagne (plus courte et sûrement plus sympa) et l’autre la contournant. Il faut savoir que quand Igor était venu avec des mais le mois précèdent, cette route était inaccessible a moins de mettre des chaînes sur la voiture… et comme on a pu tester l’adhérence de notre voiture sur la route en retournant a Dunedin, je n’étais pas très confiante dans les indications de « risque de verglas » et autres panneaux de danger.

Mais on décide de la prendre quand même, avec moult précautions. Et on a bien fait ! En effet, il ne fait pas très chaud là-haut, mais les montagnes tachées de neige qui défilent a cote sont vraiment superbes. Cote rapidité, on n’a pas gagne tant de temps que ça. J’allais bien tranquillou sur la route et on a aussi été bloques par un convoi de centaines de moutons plus débiles les uns que les autres et qui ne se décidaient vraiment pas a quitter la route. Mais on a fini par passer.


Sur la route, comme d’hab, des lacs somptueux, chacun ayant un style bien a lui.

On arrive donc au lac Wanaka, ou on profite d’une pause bien méritée. On avait prévu de faire une rando dans le coin pour pouvoir admirer ce lac ainsi que son voisin vu d’en haut, mais elle est censée durer plus de 6h et si on veut redescendre avant la nuit c’est tout simplement impossible ! On reprend la route, histoire de profiter des paysages tant que le soleil ne s’est pas couche.

Et on croise encore et toujours des lacs somptueux.

Malheureusement pour nous, quand on atteint la cote, le soleil tombe et on ne peut pas profiter de la mer qui se jette sur les falaises. Mais on continue notre chemin jusqu'à Franz Joseph Glacier, en évitant de justesse un opossum qui se baladait en plein milieu de la route.

Jeudi 28 Août – Inside blue ice

Franz Joseph Glacier, hum ? Mais pour quoi ce nom ? Ne serait-ce pas parce qu’il existe un glacier a proximité ? Et bien si. Et même qu’on peut y monter et faire des randos dessus. Mais comme on ne fait rien dans la facilite (et surtout parce qu’Igor avait déjà gravi ce glacier), on a choisi d’aller a Fox Glacier quelques kilomètres plus loin. Et comme on voulait profiter a fond de cette opportunité, on a choisi l’option « truc de ouf », c'est-à-dire le heli-hike. Le quoi ? Le heli-hike, c’est-à-dire qu’on se fait déposer par un helico sur le glacier (pas besoin de gravir la partie basse moins intéressante) et après on vadrouille sur la glace avec un guide (et accessoirement 5 autres personnes). La classe !

Nous voila donc partis, en helico, pour un vol de 10minutes environ (le glacier est vraiment tout près… dommage). Grandiose. En plus le pilote se la joue en arrivant sur le glacier et rase les pans de montagne qui le bordent. Il nous dépose tout en douceur en plein sur la glace et la, il ne reste plus qu’a nous équiper pour le trek. Première constatation : on est encore une fois en mode touriste compare aux autres gens du groupe qui arborent tous une tenue de compet, bien waterproof. Ben nous, on est en jeans. Mais au moins, les chaussures sont fournies, donc on ne se retrouvera pas avec les pompes trempées comme pour la ballade du Mont Cook. Et je ne vous apprends rien si je vous dis que la glace, ça glisse. Alors on a aussi droit à des super crampons à installer sous les chaussures. Sans oublier le bâton de berger (je ne parle pas du saucisson…). Et nous voila pares !

C’est donc parti pour plus de 2h à crapahuter dans ces paysages magnifiques. Le glacier, long de plusieurs kilomètres qui part du haut de la montagne et se dirige vers la mer, qu’on peut même apercevoir au loin. Je dis du haut de la montagne mais en fait on n’est vraiment pas très loin du niveau de la mer, en plus il y a un soleil magnifique (une fois de plus) donc on en prend vraiment plein les yeux et ça nous permet de ne pas prendre froid sans une tenue de ski comme nos compagnons.

Comment vous raconter tout ça… c’est magnifique, le glacier est en fait très actif et s’étend de jour en jour, le tout formant des crevasses plus ou moins profondes, des cavités, des trous d’eau, des mini lacs gelés… les images parlent d’elles mêmes.

Et histoire d’en profiter au max, on a même pu pénétrer dans de véritables grottes de glace ! Il faut ramper, glisser, s’accrocher a des cordes, glisser, ramper encore et soudain, on arrive dans une salle bien grande, magnifique avec les différentes teintes de bleu de la glace. Les fesses bien trempées après avoir rampe partout, mais ça valait le coup ! Pour sortir, il faut s’aider d’une corde et remonter le long d’une crevasse.

On continue ensuite à remonter le long du glacier, et sur la route, on croise de nombreux ruissellements d’eau qui serpentent entre les blocs de glace.

D’autres grottes, plus faciles d’accès croisent encore notre route.

Puis c’est le retour à « l’héliport », avec un vol encore plus court pour redescendre, puisque cette fois le pilote ne fait pas le casse-cou.

On reprend la route toujours plus au nord et faisons une halte sur une plage impressionnante, toute grise, bien longue et complètement vide (mis à part nous, of course).Le soir, on rejoint la ville de ??? et logeons dans une auberge de jeunesse atypique : perdue au milieu de la foret vierge, en bois, avec des batiks indonésiens partout (!), de l’espace. En bref, une super adresse ! Avec la plage toute proche, mais il fait déjà nuit quand on arrive, donc pas possible d’aller y jeter un œil.

Vendredi 29 Août – D’une cote a l’autre

Au moment de quitter l’auberge, on checke les horaires de marée affiches a la réception et constatons avec joie que la marée haute est prévu dans 20minutes. Pourquoi avec joie ? Vous le saurez très vite, ne soyez pas impatients…

Nous nous rendons donc a quelques kilomètres de la, afin de nous balader a travers les pancake rocks. Pourquoi ce nom ? Parce que les falaises du coin ont un aspect « pâte feuilletée », formées de couches de roches successives qui les font ressembler a une pile de crêpes fraîchement cuites !

La violence de la mer découpe des formes étranges dans la roche et donne un spectacle très impressionnant. On croirait regarder à l’intérieur d’une machine à laver. Les vagues se jettent contre les falaises, s’engouffrent dans la roche érodée, le tout sans arrêt, avec moult remous et écume. Je pourrai y rester des heures !

Mais ce n’est pas tout. Certes, rien que ce spectacle vaut le coup, mais une des caractéristiques du lieu est la présence de blowhole. Pour les non bilingues, il s’agit d’un phénomène qui se produit lorsque la mer est haute et s’engouffre dans des passages étroits avec des cheminées verticales : il se crée une aspiration vers le haut qui projette de l’eau sur une dizaine de mètres voire plus ! Photo avant la vague :

Photo pendant !

On profite du spectacle un bon moment et ensuite on reprend la voiture, une longue route nous attend. On doit en effet rejoindre la cote est avant le soir, et pour ça, il faut traverser les Alpes. Oui, les Alpes. Je ne sais plus si j’ai déjà parle du fait que les montagnes de l’île du sud s’appellent comme celles de chez nous (et j’ai la flemme de vérifier dans mes précédents posts), donc si je me répète et bien tant pis. Très jolie cette traversée montagneuse d’ailleurs.

On arrive donc le soir de l’autre cote de l’île et rejoignons une auberge de jeunesse pour dormir comme on en a pris l’habitude.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 11:30

Vendredi 22 Août – Rencontre avec le Sud

Nous voila donc maintenant sur l’île du Sud, à Christchurch plus exactement. Nuit dans le YHA du centre (beaucoup plus industriel comme ambiance, ici ça dépote niveau passage de gens), récupération de la voiture de location, et en route !

On descend vers le sud en longeant tout d’abord la cote, route sans grand intérêt, plutôt plate et monotone. Puis on bifurque vers l’intérieur des terres et la ça devient beaucoup plus intéressant. La mer au loin derrière, les montagnes au loin devant et entre tout ça, des lacs somptueux, de la végétation a ne plus savoir qu’en faire… magnifique. On fait une étape au lac Tekapo, qui est tout de même connu pour être l’endroit ou l’air est le plus pur de l’hémisphère sud. Rien que ça. Alors on en a profite pour faire une pause pique nique, histoire de se reoxygener les poumons.


Ensuite, on continue notre route vers les montagnes. Toujours en passant près de lacs magnifique. Sur les photos suivantes, sachez que les couleurs n’ont pas été retouchées (d’ailleurs je ne sais pas le faire soit dit en passant) et qu’en plus c’était encore plus bleu non pas turquoise mais glace dans la réalité (ça n’existe pas le bleu glace mais je ne trouve pas mes mots).


On continue toujours notre route, toujours a la rencontre de lacs, jusqu'à atteindre le Mt Cook. Enfin pas exactement vu que le Mt Cook est la plus haute montagne de NZ et que forcement on n’arrive pas jusqu'à son pied en voiture. Mais on arrive tout proche. Et ya de la neige partout. Tellement que certaines routes sont même fermées. Je redoute de sortir de la voiture et de me retrouver dans ce froid…


Le soir, on dort dans un YHA chalet ou j’ai cru mourir de froid. Il y avait bien un chauffage, mais pour le mettre en route, il fallait tirer sur une cordelette et ensuite ça chauffait… pendant 5 minutes. Ben forcement dans la nuit, je suis devenue un glaçon. J’ai plus l’habitude d’avoir trop chaud que trop froid quand je dors moi.

Samedi 23 Août – Pieds dans la neige, tête au soleil


Le matin, superbe découverte : il fait un temps magnifique. Tout de suite ça change et les paysages n’en sont que plus beaux. On décide de partir faire une ballade nous permettant de contempler le Mt Cook (il a beau être le plus haut sommet, il était quand même cache par d’autres lorsqu’on se situe près du YHA). A noter : cette ballade se fait essentiellement sur des chemins recouverts d’une bonne couche de neige. Genre on s’enfonce les pieds dedans. Jusqu'à 30cm si on fait pas gaffe et qu’on marche au mauvais endroit. Vous croyez qu’on a tout prévu dans nos sacs a dos avec chaussures waterproof et guêtres jusqu'à mi-cuisses ? Vous avez tout faux.


Voila la super tenue high tech qu’on s’est fabriquée : des sacs plastiques par-dessus les chaussettes a l’intérieur des chaussures histoire d’avoir les pieds au sec, et d’autres par-dessus les chaussures et le bas du pantalon pour tenter de garder les chaussures sèches. Peine perdue of course puis que ces sacs ont bien évidemment craque au bout d’un moment. La classe isn’t it ? On faisait très touristes à cote rares personnes croisées qui elles avaient du vrai équipement high tech…


Mais on a pu profiter des superbes panoramas les pieds au sec, donc au diable le ridicule ! Le clou de la marche étant l’arrive au bord d’un lac gelé, avec vue sur le Mt Cook derrière, le tout sous un soleil éclatant.



Il faisait tellement chaud d’ailleurs qu’on a passe toute la matinée en t-shirt. Évidemment, il ne faut pas s’arrêter de marcher…

On retrouve notre voiture et quittons cette vallée pour repartir cette fois en direction du sud, Dunedin étant la prochaine ville étape du séjour. Sur la route, on croise encore de nombreux lacs, plus beaux les uns que les autres et de couleurs très variées.




Mais avant de filer au YHA de Dunedin, on fait une halte à Oamaru sur la cote. Pourquoi ? Pour assister a un spectacle rare : le retour at home des yellow-eye penguins (pingouins a yeux jaunes pour les non bilingues) ! Ils rentrent tous les soir environ 2h avant le coucher du soleil pour se mettre bien au chaud dans leurs nids douillets. Pas facile d’accès d’ailleurs. Ils nichent en effet sur la falaise ! Donc il leur faut escalader tout ça… vous avez déjà vu un reportage animalier sur les pingouins ? Ils galèrent rien qu’a marcher, alors grimper…

On se met donc en position d’attente en haut de la falaise et on attend le retour de ces petites bêtes.

Pas de bol pour nous, c’est en plein dans la période de ponte, ou de nourrissage des petits je ne me rappelle plus, mais en tout cas, les pingouins rentrent plus tard que d’habitude pour profiter au max de leur pêche. Donc on poireaute. Longtemps. Et ça caille. Je porte sur moi : 2 t-shirts a manches longues, 2 pull-overs, 2 écharpes, un bonnet et mon manteau ferme jusqu’en haut et j’ai toujours froid. Mais heureusement, cette attente finit par payer et voila que débarquent sur la plage ces petits personnages qui se dandinent de façon fort comique.


On aura même droit d’observer un spécimen de très près puisqu’il est monte jusqu'à environ 5m de notre poste d’observation en haut de la falaise ! Ensuite, on file vers Dunedin et un YHA très cosy situe dans un vieux bâtiment tarabiscote de la ville.


Dimanche 24 Août - Ça s'en va et ça revient

Le plan de la journée ? Descendre toujours plus au sud en longeant la cote est. Mais avant ça, vu qu’il fait beau près de Dunedin, on se dirige vers l’Otago Peninsula. Superbe route d’une trentaine de kilomètres qui longe la mer, sous un soleil éclatant (alors qu’en regardant vers les terres il fait plutôt moche).


On arrive a la pointe extrême de la péninsule et la se situe un observatoire pour observer (étonnant pour un observatoire…) une colonie d’albatros qui nichent sur la cote. Mais pour accéder a la plateforme d’observation (faudrait que je trouve un autre verbe mais la je suis a court) il faut prendre un pass payant et consacrer un peu de temps sur le site. Temps que nous n’avons pas puisqu’on a pas mal de route à faire ensuite.

D’ailleurs on remonte en voiture et repartons vers Dunedin par la même route longeant la mer. Et la… patatras ! Un aquaplaning du a l’ombre de la falaise traîtresse qui a conserve l’humidité de la nuit nous prend par surprise… la voiture finit sa course contre cette même falaise. Pas de blesses, c’est le pare chocs qui a tout pris ! On retourne au parking du centre des albatros pour se poser et appeler l’entreprise de location. Vu qu’on a du temps maintenant (mais plus de sous pour cause d’assurance…), on profite du soleil a l’extérieur du centre.


Sur la photo qui suit, je sui tout sourire au volant de la voiture bien cabossée. Je ne voudrais pas balancer, mais ce n’était pas moi qui conduisais lors de l’accident…


On a eu bien raison ! Un albatros majestueux est passe plusieurs fois au-dessus de nos têtes. Et je peux vous dire que si lorsque vous regardez un oiseau vous vous demandez s’il s’agit d’une mouette ou d’un albatros, alors c’est une mouette. L’albatros est tellement énorme qu’on ne risque pas de se tromper !

Ensuite on reprend la route. Doucement. Très doucement. Faut dire que les roues frottent sur le pare-chocs et que le moteur ne ronronne pas vraiment. 4h pour revenir à Dunedin ! Et en route on est allés dire bonjour à un lion de mer qui semblait tout mort sur une plage. Jusqu'à ce qu’il se mette « debout » et qu’il nous fasse une belle frayeur !


Le reste de la journée se passera au YHA pour moi, avec l’achat d’un pass internet j’ai pu donner quelques nouvelles et écrire mon article sur Sydney (voila pourquoi j’étais devant un écran ce jour la, sinon je n’en aurais pas eu le temps comme d’habitude). Il faut en effet qu’on attende l’arrive de la voiture de loc de rechange qui est prévue le lendemain midi.

Lundi 25 Août - On the road again
 
On récupère comme prévu la nouvelle voiture peu après midi et on ne perd pas une seconde, on file direct sur la route! Pas de bol pour nous, un brouillard pluvieux s'est levé ce jour-la et c'est une route bien triste qui nous attend toute la journée. Même pas possible de faire des pauses pour profiter du paysage, on ne voit rien.
 
Mais on finit par arriver a Te Anau, but de cette route en fin de journée. Et la, surprise! Dans le YHA on tombe sur un gars de notre promo de l'N7! Le monde est vraiment bien petit...
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 09:00

Lundi 18 Août – Voyage, voyage (qui a reconnu ?)

Journée peu palpitante, dédiée uniquement au transport et à la logistique. Vol de Sydney vers Auckland agréable, arrivée à l'aéroport où on récupère la voiture qu'on loue pour cette partie de l'île et en route vers le nord de la ville. On a en effet prévu de passer 3 jours (je dis on mais en fait c'est Igor qui a fait le parfait GO pour ce voyage ! Je n'avais qu'à me laisser guider) dans le nord de l'île du nord.

Mais c'est plus vite dit que fait. Parce que pour aller vers le nord, il faut d'abord traverser Auckland et ça, c'est pas gagné. Soit on a raté un panneau indicateur, soit c'est vraiment mal foutu (je sais déjà quelle réponse vous avez choisie…), du coup on a passé un certain temps à tourner en ville… Mais avec persévérance on a fini par trouver comment atteindre ce satané pont et hop ! Direction Paihia. On ne profite pas trop de la route parce que le soleil se couche assez tôt (genre vers 18h15 il fait déjà bien nuit), mais on finit par atteindre le Youth Hostel qu'on avait réservé pour la nuit.

Mardi 19 Août – En remontant vers le Nord

Réveil tranquillou, et là se pose un dilemme : on a le choix entre deux ballades qui ont l'air sympa, l'une pour aller voir des cascades et une autre en bord de mer. On fait vraiment face à des choix cornéliens en vacances ! Après hésitation, on se dirige vers las cascades. On fait finalement demi-tour au bout de 200m, cette promenade a lieu à travers une foret et je n'ai pas quitté ma jungle balikpapanaise pour retourner dans une autre ! La perspective de me balader sur la plage me tente bien plus.


Donc demi-tour et direction le bord de mer. On reste à l'abri dans la voiture le temps d'attendre que la pluie cesse (je vous rassure, ce ne sont que des petites giboulées) et nous voilà partis à l'assaut des rochers. On fait un petit tour sous le soleil avec des vues superbes sur la baie des îles (the Bay of Islands comme ils disent là-bas), mais rebroussons chemin avant la fin, pas envie de marcher en suivant la route comme le propose la suite de la ballade.


On continue notre route vers le nord, en longeant la cote et en nous arrêtant sur des points de vue qui nous plaisent, des plages sympas et en prenant le chemin des écoliers pour découvrir des coins reculés.


Le soir, on arrive à Alupara et nous installons dans l'auberge de jeunesse entièrement vide… ça caille dans la cuisine ! On aura droit à un superbe coucher de soleil sur la plage... plage dont je vous parlerai plus en détails demain.


Mercredi 20 Août – Plage sans fin, ou presque

Aujourd'hui, on laisse de coté notre bolide (du moins pour un temps) vu qu'on a booké un tour avec un groupe pour partir à la découverte de la pointe nord. On se retrouve à 8 dans un minibus 4x4 (l'intérêt de cette particularité sera dévoilé plus tard), avec un chauffeur NZ très bavard, un couple d'Allemands accompagnés de leur fille et une famille de gens d'origine inconnue pour nous (Australos?).

On commence ce road trip en nous dirigeant vers ??? pour ensuite prendre la route du cap. On s'arrête en route dans un lieu dédié à la mémoire des ex-travailleurs néozeds qui extrayaient de l'ambre du sol de ces forets. Ça sera en gros la seule étape culturelle du voyage! Ensuite, on reprend la route mais pour peu de temps, puisqu'une nouvelle pause a lieu. But de cet arrêt? Des glaces!! On a dégusté une glace énooooorme pour seulement 2$ (et ils appellent ça glace une boule... l'équivalent de 3boules en France!). Miam!

Retour dans le minibus, on continue toujours notre remontée vers le nord. De nouvelles pauses sur la route, pas gourmandes cette fois, mais pour admirer des paysages et se dégourdir les pieds sur la plage.

Ensuite, on ne s'arrête plus jusqu'au bout. Quel bout? Le Cape Reinga pardi! Qui se termine par un phare au bout de la pointe, où se rejoignent la mer de Tasmanie et l'océan Pacifique. Le tout sous un vent décapant!



Puis, direction la 90 mile beach... une plage qui fait 90 km de long! (ils ont triché sur le nom...) Mais avant de l'atteindre véritablement, on fait une nouvelle pause auprès des dunes de sable. Pour une cession de sand surfing! A l'aide d'un body board on dévale des pentes de sable, le tout étant de s'arrêter avant d'atteindre la rivière qui coule en bas. Décoiffant! Igor est bien plus doué que moi, et surtout bien moins généreux en cris stridents...



Ensuite, direction la plage proprement dite, en traversant des bouts de rivière (d'où la nécessité du 4x4). Et c'est parti pour 90km de sable, avec la mer à portée de bras sur le droite... impressionnant. Petite pause en route pour observer des phoques à fourrure qui se dorent la pilule sur les rochers.



On retrouve notre petite voiture et reprenons la route (pas question de jouer les casse-cous sur le sable, on n'est pas assurés sur la 90 mile beach), cette fois vers le sud. Faut être logique, ya plus rien au nord… On en met un temps à parcourir une distance qui sur la carte paraît toute faible ! Mais c'est une route bien tortueuse qui nous mène à Kohukohu, au milieu de la forêt, au bord d'un bras de mer. Coup de cœur pour le gîte, vraiment très cosy, perdu au milieu des arbres… On y resterait bien plus longtemps !

Jeudi 21 Août – Au pied des géants

Première étape de la journée, traverser le bras de mer sus-mentionné. C'est chose faite à l'aide du bac qui le franchit toutes les heures. On se retrouve donc de l'autre coté, et rentrons au cœur de la forêt de kaoris. De quoi ? De kaoris ! Les arbres géants de NZ ! Et quand je dis géant, regardez plutôt : arriverez-vous à me repérer sur cette image ??


Impressive isn't it ? On se fait plusieurs mini ballades pour découvrir ces gardiens centenaires… immenses, droits sur leurs racines, on se sent tout petit.


Mais il est temps de reprendre la route et de rejoindre Auckland. Cette fois on ne se perd as dans le traffic de la ville et on a même le temps de se faire une petite virée en ville et surtout dans le parc du centre qui recèle de nombreux arbres tortueux. Chacun bien massif avec moult racines et moult branches, ils remplissent facile un jardin à eux tous seuls ! On se croirait à un moment dans Sleepy Hollow…


Ensuite, direction l'aéroport où nous prenons un vol pour île du sud vers Christchurch. Mais ceci est une autre histoire…

Partager cet article
Repost0
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 07:18

Alors oui ca fait tres longtemps que je n'ai pas ecrit de nouvel article ni publie de nouvelles photos (mais promis, je les rajouterai un jour et vous aurez de quoi vous en mettre plein les yeux). Alors du coup, quand je reprends du service derriere mon ecran c'est pour envoyer du lourd : mon voyage de deux semaines avec Igor dans des destinations exotiques meme pour moi qui suis en Indonesie (ou peut etre surtout pour moi...), j'ai nomme l'Australie et la Nouvelle Zelande!

Donc commencons par l'Australie vu que c'est ici qu'a debute notre trip!

Samedi 16 Aout : Sydney

Fraichement debarquee de mon avion a 7h30 du matin, me voila accueillie par Igor a l'aeroport pour partir a la decouverte de cette beautiful city. J'ai de la chance car mon guide ayant deja passe 3 bonnes semaines dans cette ville et ses environs, il connait les endroits sympas comme sa poche. On prend donc le metro en direction du centre et deposons nos sacs (surtout les miens en fait... n'oubliez pas que je viens pour 2 semaines!) a la mediatheque for free. Il ne connait pas que les endroits sympa mais aussi les bons plans...

Ensuite, on est partis pour une bonne promenade dans les parcs de la ville, accompagnes par de nombreux perroquets de toutes les couleurs et aussi des cacatoes tous blancs. Parait qu'au bout d'un moment on se lasse de leurs cris mais pour moi ca a ete. Un super cile bleu et un beau soleil me permettent de m'acclimater tranquillement meme si j'avoue etre obligee de piquer un sweat d'Igor pour mettre par dessus mon pull... On arrive jusqu'au bord de la mer, qu'on longe jusqu'au celebre opera et son architecture si famous.


La, Igor, tres gentleman, se propose de retourner chercher nos sacs pendant que je pique un roupillon sur les pelouses du parc... j'en avais bien besoin apres une nuit un  peu courte en avion. On reprend ensuite notre marche, afin de traverser le bras de riviere et d'atteindre le quartier de ????. Pourquoi donc? Parce que Philippe, un ami d'Igor y habite et qu'on doit le retrouver pour dejeuner. Certes, il est un peu tard pour dejeuner mais qu'importe.

Son appart est impressionant! Enfin, surtout la vue qu'il a sur la baie de Sydney a travers l'immense baie vitree de son salon... Dommage qu'il n'y ait aucune isolation et que le chauffage soit absent (ca caille a a mort...), mais il est vraiment tres bien situe. Pour preuve, son voisin n'est autre que le Premier Ministre d'Australie.

Le temps passe ensuite tres vite jusqu'au soir et on finit pas sortir pour aller boire des bieres en centre ville, vers le quartier de ??? plus particulierement. Quartier connu comme le Pigalle de Sydney... Figurez-vous qu'on a bu nos bieres en terrasse! Et que je ne suis pas morte de froid! Non, je ne suis pas devenue un inuit en deux temps trois mouvements, mais ils ont la super bonne idee d'installer des chauffages d'exterieur sur leurs terrasses....

Dimanche 17 Aout : Manli

On retraverse le pont (cette fois en metro, on est bien trop flemmards) pour atteindre le terminal des ferrys de l'autre cote. La, on ecoute des joueurs de dijeridoo (sorry pour l'orthographe...) en attendant notre bateau en direction de Manli.

Sur place, il est l'heure de dejuner et on (ou plutot je...) craque sur le burger king qui passe sur notre chemin. Comprenez moi apres presqu'un an (deja?) a ne voir que des KFC degueux sur ma route, un bon burger ca fait du bien! On part le manger sur la plage de Manli, face aux vagues qui deferlent sur le sable. Tres sympa.



Mais il est temps de se bouger, on aprevu de se faire la ballade de 10km qui part de la plage. On a de la chance niveau temps, le soleil est encore bien au rendez-vous. Ballade tres agreable puisqu'alternant des passages en bord de mer, en ville, dans le bush, sur les hauteurs, sur la plage, des montees, des descentes... avec des points de vue superbes sur Manli. Retour vers Sydney en bus et soiree chez Philippe de nouveau.

Et le lendemain, direction encore une fois l'aeroport, pour changer d'ile de nouveau...


PS : sorry pour le manque d'accent, mais pas moyen sur cet ordi... et sorry aussi pour les noms manquants, mais je rajouterai tout ca et updaterai a mon retour devant mon ecran a la maison quand j'aurai plus de temps pour checker! Bises a tous!

Partager cet article
Repost0
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 10:53

Le weekend dernier, ça a été voyage express à Bali. Pourquoi express ? Parce que comme d’habitude pour n’y aller que deux jours, il faut quitter Kalimantan le vendredi soir pour y revenir en debut d’après-midi le dimanche. Donc le temps sur place est compté… il faut optimiser !

J’arrive donc à Denpasar vendredi vers 21h30, je saute direct dans un taxi pour retrouver Elsa et Nadine à l’hôtel vu que celles-ci sont arrivées par un vol plus tot dans le journée. Le temps de se rafraîchir un coup et on est parties pour une soirée clubing !

Je vous passe les détails, mais on a bien rigolé à étudier la faune locale, constituée majoritairement d’Australiens en vadrouille… quoique les Français ne sont pas en reste. J’ai d’ailleurs fait la réflexion aux filles que ça me faisait tout bizarre de n’être entourée que de bules… Retour à l’hotel à 4h30, pour une bonne nuit de sommeil.

Ou pas. Nadine étant venu avec son bébé tout neuf, celui-ci a bien entendu commencé à babiller dès 7h le matin ! J’ai tenu jusqu’à 9h et là il a bien fallu admettre que ce petit bout de chou avait gagné la bataille du sommeil… une bonne douche et direction le bord de la piscine pour le petit-déjeuner. On a besoin de forces pour la journée à venir…

Au programme, shopping ! On a passé toute l’après-midi à nous déplacer de boutique en boutique sur une seule et même rue à Seminyak. On n’aura pas arrêté de traverser la route ! Et on n’est pas revenues les mains vides ! Pour moi, le résultat aura été 7robes, 1jupe, 1haut et 1maillot de bain. Et le tout pour un prix dérisoire comparé à la France of course. Voici quelques photos pour vous montrer certaines acquisitions.

Dans la journée, Daniel nous aura rejoints et c’est donc tous les 4 que nous partons manger dans un restau grec le soir… ça fait du bien de manger ce genre de nourriture qu’on ne trouve pas à Balikpapan !

Ensuite, on retrouve Cédric (arrivé le jour même) et deux de ses amis venus de France dans un bar de Seminyak. Et ensuite… c’est reparti pour une nuit jusqu’au petit matin ! Pour moi ça aura été coucher un peu après 6h30, après avoir dit au revoir à Cédric que je ne reverrai plus en Indonésie… une fin de soirée bien nostalgique !

Mais il faut que je dorme, je retrouve donc Elsa à l’hôtel pour une courte nuit d’à peine 2h… et oui, je reprends l’avion à midi ! Même pas le temps de prendre un petit dej, je saute dans un taxi après avoir quitté Elsa, Daniel et Nadine et c’est parti pour une bonne sieste dans le premier avion. Pour quoi le premier ? Parce qu’il n’y a pas de vol direct Denpasar-Balikpapan pardi ! Le second vol passe tout aussi rapidement, avec une pause petit dej au milieu de ma sieste…

Ensuite, arrivée à l’aéroport à 15h, vous vous imaginez que je suis rentrée direct pour me coucher. Que nenni ! Direction le terrain de basket pour participer à la finale à 16h ! Le temps de me changer, de s’entraîner un peu et c’est parti. Et bien entendu, on a gagné !! J’ai même participé ensuite au concours de lancers francs que j’ai aussi remporté… faut croire qu’en manque de sommeil (et ça n’avait pas commencé qu’a Bali…. la semaine entière précédent avait été éprouvante) je suis au top de mes capacités au basket.

Et ça n’est pas terminé… mais ceci est une autre histoire...

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 08:14
Vous ne revez pas, c'est bien moi dans ce joli pyjama blanc... je vais effectivement passer les 6 prochains mois dans un institut psychiatrique (autrement appelé centre de repos de l'esprit) apres avoir pété une durite à vivre dans ce pays. J'arrete de plaisanter, j'imagine la panique pour ceux qui risqueraient de ne pas lire la suite de ce post, completement défaits à l'idée de mon incarcération.
 
Bon, comme certains à l'esprit perspicace l'ont deviné, cette tenue a un rapport avec un sport de combat. Ceux hyper cultivés ou fans de Pascal Gentil (attention, énorme indice là!) auront bien sur reconnu la tenue du pratiquant de tae kwon do. Ca fait maintenant quelques mois que je m'éclate dans ce sport une fois par semaine (moins quand je pars en week end ou que j'ai la flemme... et plus quand je me joins aussi à l'entrainement du weekend) et j'adore ça! Imaginez passer 2h à sautiller tout le temps, a envoyer coups de poings, coups de pieds, que ce soit dans le vide, dans un sac de frappe, dans des sortes de coussins tenus par un coéquipier ou carrément dans ce meme coéquipier équipé de protections sur le torse!

C'est bien fatigant mais qu'est ce que ça défoule! Mais le plus amusant se passe lors de l'échauffement, ou plutot pendant la longue phase d'étirements/assouplissements... Tout simplement parce que les indonésiens sont de vrais élastiques comparés aux pauvres occidentaux dont je fais partie! Et ça donne lieu à de grands éclats de rire (de ma part, eux n'oseraient pas se moquer de moi ouvertement) lorsque je lutte pour ne pas meme esquisser la moitié de leurs gestes! Mais je m'améliore de semaine en semaine... ou pas.

Si quand meme, il y a de grands progrès, va pas falloir me chercher des noises, je peux maintenant vous décoiffer la tete d'un bon coup de pied bien placé! Les coups de pieds de face, de profil, retournés, rotatifs, par dessus ou dessous ça me connait! Je ne me suis pas mise au combat, quand je vois la puissance de mes collègues, je me dis qu'il ne vaut mieux pas... et surtout ne pas prendre une crevette d'indonésien pour un faible! Jetez un oeil aux combats de TKD lors des prochains JO et vous comprendrez surement mon appréhension...

Mais je compte bien continuer, et à la rentrée je devrais passer des ceintures... et ne pas m'arreter lorsque je quitterai ce pays!

PS : j'avais écrit cette note il y a quelques temps et l'avait oubliée dans mes brouillons... donc vous savez déjà que je fais du tae kwon do depuis la semaine dernière en fait! Mais oubli réparé. Pour les photos, il va falloir etre tès très patient, impossible de me connecter à la maison à cause de soucis de l'entreprise de télécom locale (et ça dure depuis quelques temps maintenant...)
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 04:57
Toujours pas de nouveau voyage à vous faire partager, alors me voilà contrainte à vous raconter mon weekend at home… bien rempli comme vous allez le voir !

Vendredi soir, karaoke avec 4 amis indos, énorme comme d’habitude ! Ils se donnent vraiment à fond lorsqu’ils chantent et en plus ne chantent pas mal du tout. On a enchainé en gros 2h de chansons indos (oui, oui, moi aussi !) avec une petite incursion en langue française pour LA seule et unique chanson de chez nous qu’ils connaissent et possèdent en karaoke…… Aline ! De ce bon vieux Christophe ! Et dire que c’est la seule vision culturelle qu’ils ont de la France…

Ensuite, détour par un « restau trottoir » pour satisfaire leur faim avant de rentrer. Ils ont dévoré des brochettes de poulet à la suce cacahuète accompagnées de riz cuit dans des feuilles de bananier (sate ayam dengan terong) et moi… je les ai regardés ! Il faut dire qu’à minuit et demi j’ai rarement faim…

Le lendemain, je retrouve Elsa et Rose-Marie pour une partie de la journée. Passage dans une boutique de meubles où tu peux commander ce que tu veux sur mesure pour pas grand-chose, j’avais bien envie de refaire tout mon mobilier ! Mais le problème, c’est comment ramener tout ça en France… Ensuite, déjeuner en ville (à l’Open House dont je vous avais déjà parlé) et pour finir…. Retour au salon de beauté !! On devient vite accroc à ces choses là.

Meme programme que la semaine passée avec cette fois passage coupe de cheveux pour moi. Résultat ? J’aime beaucoup ! Et je suis toujours aussi fan du massage du cuir chevelu… vais-je y retourner la semaine prochaine ? A voir, mais why not ?

A peine rentrée, vite vite, il faut que je me change et direction l’entrainement de tae kwon do. Parce que j’ai découvert ce sport ici et j’adhère totalement ! Rien de mieux pour se dépenser ! Ensuite, repos ? Que nenni ! Je participe ces temps-ci à une compétition inter département et on avait match de foot. Donc match, qu’on a of course remporté. J'ai bien entendu massacré mon brushing plus vite que mon ombre...

Le soir, repas chez Schlum pour feter le 14 Juillet. Bon vin, bonne bouffe de chez nous, ça fait plaisir. On finit ensuite la soirée dans une boite du centre.

Le dimanche, grasse mat ? Ben non ! Match de base ball à 9h! Pas vraiment du base ball mais presque, c’est le sport que font tous les indos en école primaire. Cela va sans dire qu’on a gagné haut la main…

Rentrée à 10h30, le temps de me changer et je passe prendre Elsa pour aller se faire masser pendant 1h30 dans un spa du centre. Genialissime. 90 minutes pendant lesquelles chaque partie de ton corps est pétri, c’est royal. Ensuite déjeuner dans un restau japonais et retour à la maison pour une petite sieste.

Parce qu’à 16h, retour au terrain de sport pour la ½ finale de foot ! Qu’on a encore une fois remportée ! Donc finale la semaine prochaine. Pas le temps de se reposer, un match de basket est programmé dans la foulée. Qu’on remporte également !

Le soir, diner en ville avec Cédric et Deux et ensuite au dodo ! Repos bien mérité…
Partager cet article
Repost0